Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 00:36
   


Rendez-vous-des-amis.jpg
Max Ernst, Le rendez vous des amis, 1922




    Max  Ernst  a été le précurseur de toutes les techniques picturales du surréalisme. Il a ouvert  la voie aux autres peintres du groupe  qui exploiteront à sa suite le principe du collage alliant le rêve à la réalité, ainsi que le frottage avec son pouvoir hallucinatoire.


    Il a su jouer du hasard  et du geste conscient,  et ceci dans le choix délibéré de ses outils : tantôt il gratte, frotte, il fait couler sa peinture, tantôt il utilise le compas et la règle pour donner une structure et un sens  à son dessin.

    La femme désir
   
    Chez Max Ernst le désir accède à une dimension poétique, métaphysique, dans un univers fait de bêtes, d'insectes bizarres, d'oiseaux.


La-toilette-de-la-mari--e.jpg

Dans "La toilette de la mariée" 1939, huile sur bois (96x130) on voit que la mariée est tour à tour une femme portant un vêtement de fourrure et une tête d'aigle, une femme nue dont la chevelure en éventail rappelle un aile d'oiseau et enfin, en bas à droite,  un hermaphrodite à quatre seins et enceinte. La femme est donc représentée dans tous ses états possibles et le désir est à la fois un désir animal et un désir qui suscite le mystère, l'amour, la jalousie. La femme du désir est une femme inatteignable, une "reine de la nuit".

La femme et l'univers

"Le jardin de la France", 1962, huile sur bois (144x168) réunit tous les concepts de la femme dans le surréalisme : on y voit la femme dans l'histoire de la peinture, la femme désir et les relations de la femme avec l'univers.

Jardin-de-la-France.jpg
Cette fois, le corps de la femme apparaît distinctement, il s'agit d'une femme nue que Max Ernst a reprise d'un tableau de Cabanel (1863). En la mettant dans un contexte différent il lui donne une autre dimension.
Alors que Cabanel la faisait flotter dans les airs entourée d'anges, Max Ernst l'enfouit dans les sédiments terrestres ! Il semble enterrer l'histoire du nu et de ce tableau pompier dans le sol pour en faire émerger une autre vision de la femme. Elle devient comme la peau du monde, la fertilité du sol, la carte de la France puisque les deux fleuves sont nommés "La Loire " et l'Indre". Max Ernst oppose à la qualité presque photographique du nu la qualité plus picturale et inachevée du sol. Sans doute pour montrer que l'image poétique de la femme est plus inscrite dans ce jardin de France où tout pousse et tout fleurit que dans la représentation trop froide du nu.

Cette femme dont on ne voit qu'un corps morcelé, sans visage est en même temps une représentation du désir, centré sur le sexe, les jambes et un des seins. Ce nu qui avait presque une dimension divine dans le tableau de Cabanel, devient réel et érotique à cause du bas noir rajouté volontairement. C'est donc une peinture pleine d'humour qui révèle bien les préoccupations de Max Ernst, où on retrouve le principe du collage, qui consiste à dénaturer quelque chose pour lui donner un autre sens.

C'est Breton qui avait défini ainsi l'image surréaliste : "Pour moi la plus forte est celle qui présente le degré arbitraire le plus élevé...celle qu'on met le plus longtemps à traduire en langage pratique, soit qu'elle recèle une dose énorme de contradiction apparente, soit que l'un de ses termes en soit curieusement dérobé, soit que s'annonçant sensationnelle elle a l'air de se dénouer faiblement ...soit qu'elle déchaîne le rire" (Manifeste du surréalisme, 1924, p.50)


La femme machine

Max Ernst s'est beaucoup intéressé aux préoccupations de Duchamp qui voulait exprimer les relations de l'homme avec la machine, avec cette société d'industrialisation et de mécanisation.
Femme-chancelante.jpg

Dans "La femme chancelante", 1923, huile sur toile (130,5x97,5) on voit une femme, cheveux hérissés, en équilibre précaire, dont le corps penche vers la gauche du tableau. Max Ernst s'est inspiré pour la machine d'une invention du 19° siècle qui "égalisait les vagues par gros temps".
Ici la femme est prisonnière de la machine, le coprs de la danseuse est confronté au corps de la machine. De même que les cheveux de la femme sont figés comme par miracle, les jets d'huile de la machine deviennet solides, on assite à une pétrification. Il n'y a plus de haut ni de bas, les contraires se rejoignent, comme dans la théorie du surréalisme définie par Breton: "Je crois à la résolution future de ces deux états, en apparence contradictoires, que sont le rêve et la réalité, en une sorte de réalité absolue, de surréalité..." (Manifeste p.24)

La femme n'est plus en harmonie totale avec la nature, elle est devenue une créature froide et figée. C'est la machine qui semble prendre le contrôle de son corps, supposé agile au départ, puisque Max Ernst a choisi de représenter une danseuse. Pour dénoncer l'influence néfaste du machinisme sur le corps humain ?

Les surréalistes ont réussi à créer un nouveau regard sur la peinture mais aussi sur la femme.

La femme qui a joué un rôle important dans l'histoire de l'art et de la peinture, comme muse, comme modèle, voit ici son image bousculée, à la fois ridiculisée et magnifiée.

Elle est plus qu'un modèle, elle fait partie de leur vie, de leur inconscient, de leurs pulsions
profondes, elle se métamorphose réellement jusqu'à devenir mi-ange, mi-démon, elle est celle qui mêle les tendances extrêmes, le désir animal et la spiritualité.


Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Colmerauer - dans Analyse oeuvres
commenter cet article

commentaires

Vadelorge 23/10/2013 15:10

Merci pour cet article. Pour "Le Jardin de la France", vous parlez d'un tableau de Cabanel : ne serait-ce pas "La Naissance de Vénus" ? Si c'est le cas, il date de 1863.

Sophie Colmerauer 23/10/2013 15:25



Merci, j'ai corrigé la date tout de suite.... vous aviez raison.


 


Cordialement, sophie



NulEnFrancais 02/05/2010 19:57


Ceci est très intéressant et m'a beaucoup aidé dans un travail sur le surréalisme.
Merci et bravo.


Sophie Colmerauer 15/03/2012 06:20



pourquoi ce pseudo, nul en français?



doctoral dissertation 16/10/2009 13:15


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!


Sophie Colmerauer 07/02/2010 12:33


Thanks a lot for your comment. Where do you study ?


Profil

  • Sophie Colmerauer
  • J'ai eu une expérience variée, restauration à l'Ecole de la Cambre à Bruxelles, licence d'Arts plastiques à Aix en Provence. Actuellement j'enseigne à Marseille.
  • J'ai eu une expérience variée, restauration à l'Ecole de la Cambre à Bruxelles, licence d'Arts plastiques à Aix en Provence. Actuellement j'enseigne à Marseille.

Ma peinture

Ma peinture s’inspire de la nature avec les couches successives des sédiments, grattés, recomposés. J’utilise l’acrylique, qui permet la superposition de couleurs comme en sérigraphie avec parfois l’utilisation de pochoirs. Des couleurs vives, du rouge, du vert, du bleu en sous couches puis du noir et du blanc par superposition, glacis, empreintes, ou grattage. Mes derniers tableaux sont souvent sous forme de diptyques ou triptyques, ce qui leur donne une certaine spatialité. Ils invitent ainsi le spectateur à observer la mémoire du temps qui passe.

Si vous voulez me contacter :
sophie.colmerauer@free.fr